Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Violence aveugle sur les militants du MRC: L’Asbl CEBAPH dénonce

Alain_Fogue_Blesse.jpgL’asbl CEBAPH s’insurge contre les actes de violences physiques perpétrés par les éléments de la gendarmerie camerounaise sur les militants du Mrc. En effet, des éléments de la gendarmerie nationale en faction à l’Assemblée Nationale du Cameroun, ont brutalisé le 4 décembre 2015 des militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) qui sensibilisaient sur l’urgence de modifier le code électoral du Cameroun. L'actuel Code étant favorable uniquement au parti au pouvoir

Les faits

Selon la cellule de communication du MRC, après avoir distribué les prospectus devant les ministères, dans les coins de rues et à l'hôtel des Députés de Yaoundé-Cameroun, les militants du MRC se sont transportés vers l'Assemblée Nationale du Cameroun où la session parlementaire se déroulait, afin de sensibiliser les Députés sur la modification du code électoral.

Arrivés à l'assemblée nationale du Cameroun, la réponse des gendarmes, menée par le Capitaine EKANI, chef de Sécurité du Président de l'Assemblée Nationale, a été sans appel: Une brutalité sauvage sur l'Avenue de la Réunification, Plateau Atemengue, à Yaoundé-Cameroun. "Molestez-les", a-t-il ordonné, après avoir asséné le premier coup de poing au Professeur Alain FOGUE, accompagné d'un adjudant, chef de poste de police à la guérite de l'Assemblée nationale du Cameroun, relève le chargé de la communication du Mrc.

Dans un bilan dressé par la cellule de communication du MRC, l’on dénombre «de nombreux blessés graves, qui ont été évacués de toute urgence au Centre des Urgences de l'hôpital Central de Yaoundé. Parmi les blessés: Professeur Alain FOGUE (Secrétaire National du MRC chargé des finances, Roger Justin NOAH (Secrétaire de la Fédération Régionale du MRC Centre 2), OKALA EBODE Joseph Thierry (Secrétaire National Adjoint du MRC chargé de la formation et de l'organisation) et de nombreux autres cadres».

Le CEBAPH rappelle que la liberté de manifestation est non seulement garantie par la Constitution, mais constitue aussi un des modes par lesquels les partis politiques s’expriment en démocratie.

Sur le plan juridique

L’asbl CEBAPH ( Cercle Belgo Africain pour la Promotion Humaine) tient à souligner que la remise d'un mémorandum à une autorité locale élue par le peuple camerounais constitue une activité politique qui appelle les bonnes mœurs, la morale et qui est régis par des lois et règlements.

De nos jours, quelque soit son rang social, son activité, sa race, son âge, il y a des comportements sociaux qu’on ne peut pas tolérer. Ceci n’exclu pas le fait de respecter le droit d’autrui. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme est formelle là dessus en son article 5 qui stipule bien que « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».
Le Cameroun est membre entier des Nations Unies et sur place au Cameroun la loi pénale ne dit pas le contraire par rapport à la vie et la dignité de ses citoyens. La loi pénale camerounaise assimile les coups et blessures à des présomptions d’assassinats car, quand on assène un coup de poing à un individu on viole les principes des droits humains.

Au regard de l’incapacité du Professeur Alain FOGUE, de Roger Justin NOAH, de OKALA EBODE Joseph Thierry, et des militants non cités..., incapacité avec pour corollaire chez certains d'entre eux la privation temporaire des membres inférieures ou supérieures etc.. La loi camerounaise parle d’une peine allant de six mois à cinq ans d’emprisonnement ferme en marge des dommages et intérêts.

La loi pénale s’appliquant sur le territoire camerounais dès lors que l’infraction a eu lieu sur le territoire national oblige les autorités camerounaises d’ouvrir une enquête judiciaire pour qualifier cette infraction.

L’asbl CEBAPH demande à la justice camerounaise de sanctionner conformément à la loi toutes les personnes impliquées dans cet abus.

De déterminer l’échelle des responsabilités sur ce drame

De dédommager tous les militants du MRC molestés ce 4 décembre par la gendarmerie locale pour le préjudice subi.

L'asbl CEBAPH exhorte les forces de l'ordre camerounaise à s’interdire tout acte de provocation et tout usage d’armes à feu à l’égard des manifestants pacifiques afin d’assumer sa mission d’encadrer les manifestations publiques de manière neutre et démocratique.

L'asbl CEBAPH invite le Cameroun à mettre sur pied le plus tôt possible, une Commission électorale indépendante neutre considérée comme une étape essentielle dans le processus électoral camerounais, étant donné que seule une institution véritablement indépendante permettra aux citoyens d’avoir une confiance totale dans le processus démocratique .

Enfin, le CEBAPH invite les partis politiques à utiliser tous les moyens démocratiques prévus par la constitution camerounaise pour s’exprimer notamment les manifestations publiques pacifiques.

L’asbl CEBAPH souhaite enfin un prompt rétablissement aux militants du MRC violentés

Fait à Bruxelles le 05 décembre 2015.

La Cellule de Communication de l’asbl CEBAPH

Professeur Mambo Léo Fidèle
Contact : 0032 465 90 64 31
Courriel : asblcebaph@gmail.com
http://cebaph.lalibreblogs.be

Commentaires

  • C'est INACCEPTABLE CETTE BARBARIE D'UN AUTRE SIECLE,ou sont les droits de l'homme? et dans tout cela il n'a opposé aucune résistance.

  • On dirait que le Cameroun fonctionnerait encore comme au siècle dernier. Existe t-il une justice dans cet enfer terrrestre?

Les commentaires sont fermés.